Dix règles pour bien vivre dans une maison de location

« Cher monsieur, si cette maison est en l’état que vous voyez actuellement, c’est parce que je ne badine pas avec la propreté. Je suis très stricte là-dessus. Si vous voulez que vous  et moi on s’entende et sois toujours en de bons termes, il va falloir  obéir à certaines règles.  Vous connaissez l’expression « mi casa es su casa » ou « chez moi c’est chez toi » n’est-ce pas ? Ce n’est pas pour me vanter d’être polyglotte ; Je n’en suis pas un ! Mais vous devez savoir qu’ici, ce n’est pas la maison de votre père ; mi casa es mi casa : vous êtes locataire, je suis propriétaire ! »

Voici un speech typique que vous servira un propriétaire mécontent de vos attitudes et comportements dans sa maison. Personne ne prend plaisir à se faire sermonner, c’est clair.

Bonjour cher lecteur ! Il y a quelques semaines, j’ai écrit Dis-moi ou tu vis je te dirai qui tu es Partie 1 et 2, deux billets sur les types de maisons ou chambres en location chez moi au Togo. J’y ai décrit un peu comment y était la vie de tous les jours. Il vous sera utile de les relire si vous avez un peu de temps. Voici une dizaine de règles à respecter pour vivre tranquillement dans une de ces maisons et vous éviter ce genre de remontrances cité plus haut.

  • I – S’intégrer au maximum

Cette règle est sans doute la plus importante de toutes. Vous devez arriver à bien gérer votre communication et vos relations interpersonnelles. Essayez de vous entendre avec tout le monde ; sachez composer avec les personnes « difficiles » aussi bien qu’avec les « bizarres » ; ne vous mettez personne à dos ; ne créez ni ne faites partie d’aucun clan interne. Ne prenez jamais parti lors des bagarres, éviter de participer aux rixes et ne prenez jamais la défense de personne. Intervenez quand il le faut pour apaiser ; mais ne vous interposez pas entre un monsieur qui sermonne sa femme qui lui aurait mal parlé par exemple. Mêlez-vous de ce qui vous regarde. Essayez de plaire à tout le monde. Mais montrez à chacun vos limites pour vous faire respecter !

Soyez discrets en toute chose. Ne dévoilez pas tout sur votre profession, vos collègues etc….Ne faites pas étalage de votre religion ; les longues invocations matinales à voix haute, les séances de prière à domicile des membres de votre congrégation sont à réduire au maximum.

  • II – Participer activement au balayage et à l’entretien

Si la cour de la maison doit être balayée quotidiennement, employez-vous ! Si chaque samedi matin, quelqu’un prend le tour de l’entretien des toilettes, ne manquez surtout pas de respecter le calendrier quand votre tour viendra.

  • III – Contribuer à vider les ordures et savoir gérer ses déchets

Après avoir balayé et entassé les ordures dans la poubelle, il faut aussi les vider. Au cas où collectivement les locataires auraient souscrit à un service de ramassage d’ordures à domicile, il faut payer votre contribution. Si tel n’est pas le cas, votre tour venu, prenez tranquillement le bac à ordures sur votre tête et allez les déverser sur le dépotoir le plus proche !

Ne laissez pas trainer certains déchets personnels issus par exemple du balayage de votre propre chambre dans la poubelle ; Imaginez que quelqu’un finisse par retrouver vos paquets vides de préservatifs, encore moins ceux déjà utilisés (ceux qui sont devenus des conserves de jus). Un locataire indiscret pourrait essayer de recouper les évènements pour savoir qui en est le propriétaire et essayer de deviner sa taille, ou bien la visquosité de sa mixture. !

  • IV – Respecter le couvre-feu

Dans certaines maisons, le portail principal se ferme toujours à une heure H bien fixée et connue de tous. Si c’est à 22heures, prenez la peine de rentrer à temps. Le propriétaire ne peut pas faire autant de doubles des clés que de locataires, c’est trop risqué. Quand c’est fermé à l’intérieur, c’est fermé. A défaut de rentrer avant la fermeture, informez-en un colocataire. Vous l’appellerez donc au retour pour qu’il vous ouvre. Sinon, vous serez surpris de voir le nombre de personnes que vous entendrez vous maudire lorsque vous vous mettrez à frapper et réveiller les gens de leur sommeil la nuit profonde.

  • V – Payer à temps ses kilowattheures et son loyer

Généralement, le montant total de la facture d’électricité de la maison est répartit en fonction du nombre de ménages ! Ce qui n’est pas toujours avantageux dans le cas ou certains ont plus d’équipements qui consomment de l’électricité que d’autres. Dans ce cas, Monsieur X à un frigo, un ventilateur, une télé, un fer à repasser, une chaîne HI-FI, pas moi ! Je devrais payer moins ! Vous entendrez pester certains à la fin de chaque mois. Il peut exister des sous-compteurs additionneuses qui déterminent avec précision la consommation de chacun. Il faut toujours régler sa note, au risque de voir toute la maison plongée dans le noir un soir, après le passage des agents de la CEET (Compagnie d’Energie Electrique du Togo) et le dépôt d’un avis de coupure ! Cette règle est très importante.

De grâce, planifiez vos économies de manière à ne jamais attendre que le propriétaire vous réclame le loyer. Si vous en avez les moyens, payez même pour des mois à l’avance.

  • VI – Eviter les nuisances sonores

Vous n’êtes pas le seul à avoir des amis ; sachez trier qui vient chez vous et faites leur savoir que ce n’est pas la maison de votre père. Les invités qui viennent  piailler et crier à tue-tête sont à éviter. Il n’est pas non plus bon d’organiser des fêtes ou des célébrations pendant lesquelles vous conviez beaucoup de monde. Certains pourraient mal le prendre.

Si vous devez vous réjouir, jouer de la musique, essayez de mettre le volume à un niveau raisonnable pour les oreilles, même si vous avez les meilleures baffles et amplificateurs ou égaliseurs de la maison !

  • VII – Savoir faire certaines choses en catimini

Vous devez préserver au maximum votre intimité. Exemple, ne séchez pas vos slips, serviettes ou soutiens (pour les femmes) n’importe où quand vous faites votre lessive. Ne faites pas rentrer n’importe quel voisin dans votre chambre ; certains viendront uniquement évaluer vos actifs. Si vous avez une relation avec une personne dans la même maison, cachez bien votre jeu ; les intrus pourraient s’y mêler.

Je ne prône pas l’avarice mais parfois, préparez dans votre chambre ! Si c’est toujours de chez vous que vient l’odeur des saucisses grillées ou celle de l’ail sur la viande de bœuf en cuisson dans la maison, vous finirez peut être par faire des envieux !

  • VIII – Respecter le caractère et les humeurs du propriétaire

Si le propriétaire vit dans la même maison que vous, vous avez une pression supplémentaire à gérer. Il y en a qui veulent tout contrôler ; savoir qui rentre, qui sort etc. Il sera là, juste pour voir qui ne respecte pas quelle règle de sa maison. Il rappellera éventuellement à l’ordre comme dans le speech au début, les contrevenants ! Par exemple, si le propriétaire n’aime pas que l’on ferme avec violence son portail, respectez sa décision. Si vous en avez les moyens, ramenez-lui de temps à autres quand vous voyagez, des petits souvenirs.

  • IX – Rester spirituellement éveillé

N’oubliez jamais de toujours prier votre Dieu. Vous vivez avec des gens venus d’horizons diverses. Animés par des intentions diverses et adorant de différents êtres surnaturels. Alors ne dormez pas ! Contre-attaquez à coup de versets bibliques si la nuit vous entendez des pattes de hiboux-voyageurs sur votre toît !

Bien entendu, je n’ai pas sillonné de fond en comble mon pays pour savoir quelles sont partout les réalités. « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà » comme on dit.

Vivre dans une cour commune, une maison dans laquelle on loue une chambre, on en arrive presque tous toujours là, à un moment de la vie. Cela peut être pour des raisons scolaires (il faut partir étudier quelque part ou on n’a ni famille ni résidence secondaire par exemple) professionnelles (une affectation qui vous envoie à des kilomètres de chez vous) ou encore personnelles. Quelle que soit la raison qui vous y pousse, n’oubliez pas de respecter ces règles.

Ah ! La dixième est de savoir que  « Votre liberté s’arrête là où commence celle de votre voisin ! »

Si vous avez d’autres règles à ajouter, libre à vous !

Chaque fois que je parlerai de vous, il s’agira toujours de nous… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.