Ces espions qui nous guettent

Ces espions qui nous guettent !

Sans que tu ne le saches Ils te voient, te regardent et scrutent ta vie. Ils passent tes va et viens au peigne fin. C’est tout comme quelqu’un leur a assignée la mission de te surveiller.

Pixabay.com
Pixabay.com

Ils n’ont rien d’autre à faire de mieux. Et pourtant ils sont tous comme toi. Tu te demandes pourquoi ?

Ici, les nouvelles vont vite ; même plus que les ondes hertziennes. Il n’y a pas de transmissions plus rapides que les ragots. Pour peu que tu changes ta coiffure ou que tu t’habilles bien un jour, ça y est. Tout se sait déjà à l’autre bout du quartier. C’est presque à croire que tous les projecteurs sont braqués sur toi !

En réalité, c’est pratiquement le statut quo partout. Rien ne change presque jamais ; tout le monde partage les mêmes galères. Alors quand le train à l’air d’avancer chez quelqu’un et que l’éclaircie apparait un peu chez lui, tout le monde reste branché pour suivre. Les gens se demandent « comment lui il fait ?» ; « tous ici on se cherche, lui seul il se trouve? ».Ils croisent les doigts pour que vite l’épisode se termine mais ils ne finissent pas de te  souhaiter malheur quand désolé pour eux, tu brilles encore plus fort… Quelqu’un a bien raison de chanter « Jaloux, saute et calle en l’air ». Rires

Bizarre ?? Non pas du tout.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années » dit-on souvent. Pourtant par les temps qui courent, un jeune qui trouve immédiatement du travail après ses études, c’est pratiquement une exception à la règle. L’épanouissement n’est pas vraiment au rendez-vous par ici. Les amitiés se tissent et se consolident alors plutôt entre des potes qui partagent les mêmes soucis. « Tu chômes ? Moi aussi ; allons-y ! » Triste réalité.

Tout le monde veut forcément savoir quand chez quelqu’un l’herbe semble verdir un peu plus. Ils te poseront de petites questions pour insinuer des choses afin que tu te mettes à parler…  Ils ne voient pas ta tronche  pendant deux, trois jours ou une semaine; ils te demandent direct « aurais tu voyagé ?? » « D’après les gens de quel pays doit-on demander ? » ; ou encore les plus subtiles d’entre eux diront « Tu deviens quoi ? ». Juste pour que tu fasses un compte rendu de tes journées, un état des lieux de ta situation.

Ils veulent connaitre là où tu te rends quand tu quittes la maison tôt le matin, à qui tu serres la main pendant la journée. Ils sont intéressés de savoir où et ce que tu manges à midi et pourquoi le soir tu rentres tard ?

 

pixabay.com
pixabay.com

Ils veulent même te suivre, faire exactement comme toi. C’est toujours bien de se savoir admiré, pris comme exemple et modèle ; Mais souvent c’est beaucoup plus de la jalousie et de l’envie que de l’admiration.

Le pire c’est qu’ils laissent complètement toutes leurs activités et se consacrent à toi comme sujet d’étude. Au lieu de se  réveiller et commencer à réfléchir à ce qu’ils n’ont pas, ils envient ce que toi tu construis, à la force de tes bras et à la sueur de ton front.

Ils en viennent à te détester et à raconter des histoires dans ton dos. Parce que tu n’as plus trop le temps de trainer dans le quartier à longueur de journée, on dit de toi que tu as la grosse tête. Ecourtes les conversations infructueuses pour vaquer à tes occupations et tu seras taxé d’hautin.

Finalement, tu te caches parce que tu as peur ; Comme personne ne sait qui et est capable de quoi, chacun se méfie. A chaque regard posé sur toi, tu devines facilement à quel point ils veulent « prendre ta place » ou te voir tomber plus bas que terre…

Malheureusement, tu as du mal à savoir de quel service secret ils se réclament ; encore moins pourquoi ils te prennent pour cible.

Néanmoins

Tout bien réfléchit, qui n’a pas un jour été cet espion aujourd’hui décrit ? Il serait trop facile de penser comme Sartre quand il disait «  l’enfer c’est les autres ». Parce que l’autre, nous le sommes aussi pour « d’autres ».C’est un cercle sans fin.

Moi je confesse. Il m’est arrivé de voir ce que font les autres et de me demander comment ils y arrivent ? Parce que nul n’a le monopole du savoir. Parfois il suffit de regarder chez l’autre pour avoir la solution à un problème que longtemps l’on cherchait à solutionner. Il faut se comparer aux autres pour vouloir faire comme et même mieux qu’eux.

Parfois il arrive d’avoir le désir d’envier l’autre, mais toujours il faut se demander ce par quoi il est passé avant d’en arriver là ? On se rend alors compte qu’il ne mérite que bien ce qu’il a.

Tout ceci pour dire aux uns et aux autres que dans la vie, chacun à son train de réussite. Si tu l’attends à une heure trop en avance, tu auras l’impression qu’il traine. Pour ne pas le rater, souviens-toi quand même que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt.

A ces espions à la fois invisibles et connus, je dis : vous vous êtes assigné une mission fastidieuse sans en avoir eu mandat. Si vous deviez scruter la vie de quelqu’un, autant que cela vous serve à quelque chose.

Moi, cela m’a servi. Il y a quelques temps, j’ai voulu faire comme Aphtal et aujourd’hui, j’écris sur Mondoblog ! Que vous vous retrouviez dans le camp des espions ou celui des cibles, prenez exemple !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.