Le Marketing des « entreprises du savoir »

 

 

 

Il est rare en cette période de rentrée scolaire, de passer quinze minutes devant une télé ou à écouter une radio sans être sujet au spot publicitaire d’une université privée. Même en ville, dans les rues, les panneaux géants sont présents. C’est la saison des moissons. Il faut récolter les nouveaux bacheliers !

En fait, la question de l’emploi des jeunes est une épée de Damoclès au-dessus de la tète des gouvernements. Ils en font des politiques, élaborent au fur et à mesure des stratégies pour relever les indicateurs. Nous sommes néanmoins encore très loin du compte ; le nombre de diplômés ne cesse de croître, de même que celui des nouveaux bacheliers chaque année. Contrairement au nombre de places disponibles.

Le discours politique change même à ce sujet;  « on ne doit plus créer des flux de chômeurs », « on n’aura besoin de juristes, d’économistes, mais on n’en aura pas besoin d’autant qu’on en forme aujourd’hui » « les jeunes doivent aller vers les filières qui débouchent sur les secteurs porteurs »! Etc.

Il faut le reconnaitre, la situation est difficile, compliquée. Il n’y a pas assez de places pour tout le monde. Mais tout le monde doit rêver, aspirer à un métier, une profession. Mieux vaut avoir le diplôme et attendre le travail, que l’inverse ; tout le monde doit étudier.

Alors quand la rentrée approche, chaque école, institut de l’enseignement supérieur se jette dans la course. Les nouveaux bacheliers sont une manne. Des clients qu’il faut prospecter et séduire par tous les moyens.

Chaque école supérieure réalise son meilleur spot publicitaire ; on montre des étudiants fièrement vêtus, contents de monter des escaliers et ascenseurs pour se rendre dans des salles de classe climatisées. L’on montre des images d’archives de cérémonies de remises de diplômes, les étudiants en toge. Tout porte à croire qu’un quelconque emploi est garanti.

 

image libre trouvée sur pixabay.com
image libre trouvée sur pixabay.com

 

Ces écoles en appellent à la responsabilité des parents. Elles jouent sur la corde sensible. C’est ainsi que vous entendrez dire dans certains spots, « Parents, pour garantir l’avenir de votre enfant, choisissez telle ou telle école ».

Elles promettent d’offrir des stages pratiques, des ordinateurs portables aux étudiants. On rassure que les diplômes sont reconnus par telle ou telle organisation de l’enseignement supérieur, sur tel continent. On cite un chapelet d’universités internationales soi-disant partenaires. On se vante d’avoir des professeurs qui viennent de l’étranger, dispenser des cours de qualité.

Elles se targuent d’accorder une place importante aux Tics. Elles créent toutes sortes de filières. A entendre le nom de certaines filières, tu te demandes à quoi ça sert, d’autres te donnent l’impression que chômer sera impossible. Tous les diplômes sont sur la table ; il suffit de payer pour.

On promet que les étudiants pourront poursuivre leur cursus sous tels cieux, qu’il y a des bourses disponibles qui n’attendent que les premiers inscrits.

Bref, tout est fait pour vendre du rêve aux étudiants. Oui, du rêve. Car c’est bien une autre réalité sur le marché de l’emploi, c’est une jungle dans laquelle, seuls les plus forts arrivent à se faire une place.

Parce qu’en réalité, tout n’est pas comme ça devrait. Tout ce qui brille n’est pas or. Il faut s’inscrire pour savoir qu’en fait, il n’y a que les mêmes professeurs qui interviennent dans toutes les écoles !

Qu’à la fin de la formation, vous n’aurez pas de stage d’office

Que les universités internationales citées comme partenaires n’en sont pas en réalité.

Parfois même, que votre diplôme ne sera pas reconnu quand le moment viendra de postuler pour certains postes, ou pour intégrer certaines universités.

Mais quand même, ce marketing marche !

Nombreux sont ces nouveaux étudiants qui choisissent leurs instituts sur la base de l’emballage qui leur est présenté.

Ils ne cherchent pas à connaitre les offres de formations, savoir les cours que proposent les différentes écoles pour en faire la comparaison. Rien de rien. Ceux-ci organisent chaque année des fêtes pour les étudiants, ils ont un bel uniforme, un joli cadre d’études. Hop ! Je m’inscris !

Il n’y a aucune réflexion de fond qui se fait, aucune orientation, autre que celle qu’on se donne après avoir été exposé aux actions de  marketing de ces « entreprises du savoir ». C’est bien dommage.

Récap.

La plupart des instituts d’enseignement supérieur privés sont aujourd’hui, de véritables entreprises. Elles communiquent énormément pour attirer des étudiants. Ce qui est tout à fait normal d’ailleurs. Personne n’aime n’investir à perte. Libre à elles de « se vendre ».

Ce que je déplore malheureusement, c’est la publicité mensongère; le fait qu’on fasse miroiter aux jeunes gens, une image déguisée de la vraie réalité du marché de l’emploi.

Qu’on leur promette une formation de qualité qu’ils ne recevront pas toujours.

Ce qui me désole c’est que nos jeunes frères, de même que les parents ne se limitent la plupart du temps qu’à l’emballage, pour choisir  les écoles qui dessineront leurs carrières en posant les bases de leur compétence professionnelle.

Comme personne ne trouve cela important à dire, moi j’ai écrit.

Vous savez que quand je parle de vous, c’est de nous qu’il s’agit !

  12 comments for “Le Marketing des « entreprises du savoir »

  1. 10 octobre 2014 at 17 h 11 min

    Il faut bien se vendre et peu importe si les informations données sont fausses. Venez déjà, et votre formation, on verra par la suite. J’ai vu un documentaire il y a quelques semaines sur le sujet..le phénomène n’est pas qu’en Afrique. Et ça c’est triste. Sous diverses appelations, des vendeurs de rêves servent leur salade garnie de promesses d’emploi stable avec des pourcentages d’incertion..quand la roublardise atteint l’école…

    • Gilbert LOWOSSOU
      10 octobre 2014 at 19 h 03 min

      C’est tout simplement dommage.il faut que les autorités en charge de l’enseignement sup fassent plus pour du moins harmoniser les cursus.pour une meme filière,vous verrez des unités d’enseignement carrément différentes d’une école a une autre quoi

  2. Yves TCHAKOUNTE
    10 octobre 2014 at 12 h 40 min

    Ce qui m’amuse surtout c’est qu’on a l’impression qu’en y étudiant on est à l’abri du chômage.

    Tu sais, Gil, mon problème n’est même pas cette pub mensongère. Mon problème c’est surtout le contenu des formations qu’on dit professionnelles avec l’arrivée du système LMD. Franchement, ça me saoule à la fin que l’on soit incapable de créer ici en Afrique un système qui cadre avec nos réalités. Assez de copier/coller!

    • Gilbert LOWOSSOU
      10 octobre 2014 at 23 h 28 min

      je suis d’avis avec toi, on a vraiment cette impression d’être à l’abri du chômage. certaines écoles font témoigner dans leur spots, des anciens étudiants qui auraient trouvé du boulot a la fin de leur formation.pour dire que c’est la règle, c’est garantit quoi

  3. Anne Christelle
    9 octobre 2014 at 21 h 53 min

    C’est donc un fléau qui prends des ailes. Au Cameroun, je constate la même chose avec grande tristesse. L’orientation avant le bac ext complètement délaissée dans nos pays. Je pense que si ce n’était pas le cas, les étudiants seraient au minimum mieux préparés et se feraient moins facilement arnaquer.

    • Gilbert LOWOSSOU
      10 octobre 2014 at 7 h 34 min

      Le problème d’orientation se pose effectivement.beaucoup choisissent des filières juste au nom.c’est dans la pratique qu’ils se rendent compte que la formation n’est absolument pas en adéquation avec la réalité.c’est malheureux,mais personne ne semble vouloir réagir.c’est un sujet tres sensible.au togo en tout cas,les étudiants digèrent encore mal le passage au systeme LMD.lol

  4. 9 octobre 2014 at 19 h 49 min

    C’est un bon sujet,Secrets de polichinelle. J’ai moi même eu à traiter ce type de point dans un autre cadre. L’école est devenue malheureusement un business. Au Cameroun, certaines écoles n’hésitent pas à acheter de grands espaces publicitaires sur les chaînes de télévisions. Ces spots sont même diffusés avant le journal ou les télénovas.

    • Gilbert LOWOSSOU
      9 octobre 2014 at 21 h 04 min

      Merci Elsa.Si seulement elles s’en tenaient à la réalité, si elles mettaient en avant, une réputation légitime acquise au fil des ans, en fonction du nombre de cadres , de fonctionnaires ayant étudié en leur sein, si seulement tout ce qu’elles racontent pour séduire les gens était vrai, il n’y aurait pas de problème.Mais hélas, tu as tout résumé.C’est un business

  5. willfonkam
    willfonkam
    9 octobre 2014 at 11 h 53 min

    Je suis d’accord avec toi gil. Et je crois même qu’il y a complicité du gouvernement parce qu’en réalité ces écoles doivent être surveillées de près, surtout en termes de qualité des enseignements. Même les publicités qu’elles produisent devraient être examinées.

    • Gilbert LOWOSSOU
      9 octobre 2014 at 16 h 09 min

      Un autre problème par ici, est qu’il n y a pas d’autorité qui régule les pubs qu’on voit pour éviter les publicités mensongères.La HAUTE autorité de l’audiovisuelle et de la communication ne regarde pas trop ce aspect.Ce qui fait que même pour des produits commercialisés dans les domaines comme l’agro-alimentaire, le cosmétique etc…tout y passe. Certaines publicités sont carrément à bannir, et pourtant…j’y reviendrai certainement

  6. Pascaline
    9 octobre 2014 at 9 h 34 min

    merci gilbert.et je suis d’avis avec toi.trop de pubs fallacieuses de la part de ces « entreprises du savoir ». je pense qu’elles doivent plutôt porter réflexion sur une formation entrepreneuriale…:)

    • Gilbert LOWOSSOU
      9 octobre 2014 at 10 h 19 min

      c’est peu de chose pascaline.C’est une bonne idée que tu as là.Mais même dans ce cas, il ne faudra pas qu’elles fassent de fausses promesses encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.