Dis-moi ou tu vis, je te dirai qui tu es. (Fin)

Bonjour chers lecteurs !

Comme promis, je poste ce complément de mon billet précédent Dis-moi ou tu vis je te dirai qui tu es Partie 1 dans lequel parlais des différents types de logement qu’on peut choisir à Lomé.

J’avais précédemment parlé des soldier-line une pièce, première catégorie.

Alors, en dehors de ces derniers vous avez :

2-les cours à ménages limités

Pour ce type de logement, il y a assez peu de chambres et donc de ménages dans la maison. Deux ou trois chambres-salons, une ou deux pièces uniques supplémentaires et c’est tout. Les chambres peuvent ou non posséder de terrasses et être carrelées. Parfois les douches et toilettes sont internes à chaque chambre, d’autres fois elles sont toujours communes, tout comme l’espace de la cour de la maison que tous les locataires partagent. Le confort est un peu plus au rendez-vous mais n’est toujours pas garantit.

Les deux seules vraies différences avec la catégorie précédente, c’est qu’il y a moins de monde dans la maison, et qu’on peut y avoir plus d’espace (possibilité de posséder une ou deux chambre-salon par exemple). Pour louer une chambre dans ces maisons, il peut vous être demandé de verser une avance de loyer d’un an ou plus.

Enfin, vous avez :

1-Les cours uniques

Une cour unique peut être le rez-de-chaussée ou l’étage d’une bâtisse que vous partagez avec un autre locataire mais dans laquelle vous vivez en totale autonomie. Vous avez vos propres sanitaire, cuisine, garage etc. Vous pouvez même passer tout un mois ou une année sans jamais rencontrer votre colocataire d’à côté, d’en haut ou d’en bas. Vous n’avez pas besoin de sonner au portail ou déranger aucun voisin pour qu’il vienne vous ouvrir quand vous rentrez tard puisque vous avez presque toujours un accès direct et indépendant à votre espace. Vous avez une source d’eau (eau du robinet, un forage, un puits), vous vivez tranquillement dans votre coin.

Crédit : Google.com
Crédit : Google.com

Une cour unique peut aussi être simplement une villa que vous êtes le seul à louer. Généralement le propriétaire vit ailleurs et vous la loue. Vous ne l’aurez donc pas à vos bottes.

Vous apportez tous vos meubles et équipements et aménagez votre espace à votre guise. Elle peut aussi être déjà toute équipée pour vous. Le confort est au rendez-vous. Vous pouvez payer jusqu’à deux ou trois ans de caution. Tout dépend  néanmoins du type de contrat que le propriétaire vous tend.

Chacun choisit le type de location qui correspond à sa bourse, son statut, à ses besoins et principes.

———-

Les prix en général, quel que soit le type de logement que vous louez  sont fonction :

De l’emplacement, du confort, de l’espace bien évidemment. Si la maison se trouve dans un quartier électrifié, bien habité et propre, pas trop loin d’une voie principale ou d’une route bitumée; de la plage , d’un centre de santé, d’un hôtel, d’une université ou de n’importe quel édifice ou immeuble reconnu comme repère ou référence dans la zone, il vous coûtera plus cher.

Exemple, si la maison est située à 150 mètres du nouvel échangeur,Ce seul argument du propriétaire vous fera payer un loyer un peu élevé par rapport à la moyenne et vous avez intérêt à vous hâter pour verser l’avance ! D’autres n’hésiteront pas !

Par contre si les logements sont dans une zone marécageuse réputée inondable à chaque précipitation, pas trop propre ou dont les voies d’accès sont mauvaises,  les prix seront bas. Je ne vous apprends rien.

Dans beaucoup de cas, le propriétaire d’une maison en aménage une partie pour la mettre en location. C’est très pratique et rentable. Le mieux dans ce cas serait de faire en sorte que la partie louée soit indépendante de celle privée. Mais ce n’est pas toujours ainsi. Propriétaires et locataires souvent partagent les mêmes équipements, (puits, sanitaires, portail) etc.

Mais pourquoi tout ceci ?

Construire une demeure, est aujourd’hui le projet de toute une vie. L’accès au foncier est  une bataille de chaque centime. Il faut en avoir les moyens.

Crédit: Google.com
Crédit: Google.com

Autrefois, dans des temps immémoriaux, on raconte et cela est vrai que les terrains n’appartenaient vraiment à personne. Chacun s’installait où  bon lui semble, avait la liberté de rebaptiser l’endroit de son nom, et d’y regrouper les siens. La preuve, vous avez encore aujourd’hui des endroits qui ont pour noms : « Djondo-kopé, Kanyi-kopé, maya-kopé, kolo-kopé etc. Le suffixe « Kopé » veut dire « village ». Donc village de Djondo, village de maya, village de kanyi. Etc…

Mais tout cela c’était avant. De nos jours, construire sa demeure est un luxe que bon nombre de Togolais ne peuvent se permettre. Le problème du foncier est une plaie béante à laquelle personne ne semble trouver pour le moment, un antibiotique performant.

Plusieurs scénarios sont possibles. En voici deux :

  • Scénario 1

Si vous ne prenez garde, vous serez victime du phénomène de la double vente ; les propriétaires terriens qui vendent et revendent leurs lopins de terre à autant d’acheteurs qu’ils croisent occasionnant des procès couteux et longs, et créant des litiges à n’en point finir.

  • Scénario 2

Vous pouvez acheter un terrain qui est situé dans un domaine réservé de l’état sans le savoir, faute de s’informer. L’Etat peut tout aussi bien initier un projet de construction d’équipement public,  de réaménagement du territoire ou d’urbanisation de la ville. On vous fera donc savoir que votre demeure se situe dans le plan de construction d’un centre sportif international ou figure sur le tracé d’un boulevard  de cinquante mètres de large et est donc à détruire.

Seulement vous avez eu la présence d’esprit de vous faire établir un reçu de vente, un titre foncier ou autres documents qui justifient sans doute votre paternité du terrain, (ce que beaucoup omettent de faire) , vous serez certainement dédommagé avec un peu de chances.

Mais tous ces scénarios ne sont possibles que dans le cas où vous avez assez d’argent pour acheter un terrain ! Et pour avoir cet argent, il faut  travailler ! Même là, ce n’est pas évident. Les conditions socio-économiques du Pays n’offrent pas beaucoup de possibilités avec un salaire minimum à 35.000 FCFA et un paquet de ciment à 4.150 FCFA ! Hélas.

Ce n’est donc pas fortuitement que la location se révèle être la seule alternative possible pour se loger.

Vous savez que quand je parle de vous, c’est de nous qu’il s’agit !

A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.